.

Histoire du quartier


Au sud de l'A351, 2 lotissements de maisons accollées se sont construites dès 1985. Le Hameau de Hautepierre et le Hameau des Charmettes fûrent ainsi les premières habitations du futur quartier des Poteries. En 1990, il fût décidé d'étendre ces constructions par un nouveau quartier résidentiel dont les premières réalisations apparûrent en 1995.
L'axe principal des Poteries est l'avenue François Mitterrand avec le lycée Marcel Rudloff, seul lycée à l'ouest de Strasbourg, les commerces de proximité et le Parc des Poteries, poumon vert, point central du quartier et lieu de promenade. Le quartier englobe au nord et à l'ouest la Zone Commerciale des Poteries (anciennement zone commerciale d'Hautepierre sud) et à l'est le Parc des Forges, qui accueillera à terme de nombreuses entreprises et quelques 300 logements. Le quartier devrait compter d'ici 2015 environ 10 000 habitants. Désservit par plusieurs lignes de bus, le quartier sera le terminus de la ligne A2 du Tram lors de sa mise en service fin 2013.
Le nom de Poteries est en fait un nom d'usage. En 1995, lorsqu'un concours a été organisé pour le parc, il a été demandé aux concepteurs de décliner leur projet autour d'un thème. L'équipe lauréate (originaire du Danemark) avait choisi le travail de l'argile (ou plutôt du loess), en s'appuyant sur l'extraction de ce matériau pour la fabrication de tuiles, briques et poteries qui existaient le long de la route des Romains. Dès l'antiquité, la VIIème légion romaine s'y était installée, d'où les terrasses qui descendent vers le plan d'eau et qui symbolisent la carrière d'extraction du loess, les 36 pots, et les parements en brique. Le concepteur avait laissé le choix entre "Parc des Poteries" et "Parc des Tuileries". Les Poteries ont été choisies parce que le Parc des Tuileries existait à Paris. Comme il existe un parc des Tanneries à Lingolsheim, qui est en fait un parc d'activité, on a très vite commencé à faire la confusion en assimilant sous la dénomination Parc des Poteries l'ensemble du quartier. Avec le temps, et pour bien séparer le nom du parc et celui du quartier, il a été décide d'utiliser respectivement, pour les désigner, les termes de "Parc des Poteries", et "les Poteries". A noter que les élus avaient essayé d'imposer en 1995/96 le terme de "Hohenstein" pour ce quartier. Très rapidement, le public ne parlant que des Poteries, ce terme a été abandonné.